Une fenêtre ouverte sur le Vietnam contemporain à travers un récit photographique de Laurent Weyl, mon récit documentaire et le poème graphique de Donatien Garnier.

 

Capture d_écran 2018-03-20 à 15.28.57

 

Au mur de l’entrée, les boîtes aux lettres ne reçoivent plus de courrier depuis longtemps. Sous un néon blafard, face au ventilateur, le concierge observe vaguement les allées et venues des habitants. L’ascenseur ne fonctionne plus. L’escalier de secours est fermé car il menaçait de s’effondrer. Mais l’immeuble, lui ne s’écroule pas. Abandonné peu à peu par les derniers habitants, le President Hotel tient encore debout. Rongé de l’intérieur mais debout.

Construit au début des années 1970 en plein cœur de l’ancienne Saigon, le President Hotel était la plus haute construction de la ville à l’époque. Avec ses 13 étages reliés par de longs couloirs aérés et sa piscine sur le toit, il faisait figure d’exception, solide et rassurant, en pleine guerre du Vietnam.

Au cours des dernières années de la guerre, l’Armée américaine, avait loué l’immeuble pour y faire séjourner ses soldats du Groupement de soutien naval YRBM-20. Ces GI profitaient du confort d’un bâtiment qui abritait également un bar, un restaurant et une salle de billard.


Après la libération de Saigon le 30 avril 1975, le President Hotel est transformé alors en lieu d’habitation et abrite aussi des bureaux. En 1980, le Comité populaire de la ville attribue deux étages à l’Ecole de radio et de télévision. De nombreux artistes issus de l’Opéra vietnamien s’y installent.


Dans les années 1980 et 1990, au plus fort de l’occupation des appartements, quelque 600 familles et jusqu’à 2500 habitants, y ont élu domicile. Peu à peu, le President Hotel voit arriver de nouveaux locataires, originaires du sud. C’est la belle époque. Les ascenseurs fonctionnent, les habitants ont accès à l’eau courante et l’électricité. L’immeuble est entretenu. Les petits commerces de proximité fleurissent dans les couloirs, à chaque étage. Comme partout au Vietnam, espaces publics et privés se confondent. Ici, règne l’effervescence de la vie communautaire : échoppes de vendeuses de bùn, épiceries, cafés, pharmacies, téléphones publics, service de crèche, coiffeur… L’immeuble est une véritable ville dans la ville.

President Hotel1
President Hotel/Copyright Laurent Weyl

Au début des années 2000, le bâtiment n’est plus entretenu. Le terrain, proche du centre, est convoité. Les premières rumeurs se répandent alors : le President Hotel n’échappera pas à la démolition. Plus personne ne vient entretenir l’immeuble. Toutes les familles seront relogées ou indemnisées.

L’immeuble s’est vidé. Dans les appartements laissés à l’abandon, partout un fatras de planches et de meubles désossés bataille avec des matelas sales et éventrés. Dans cette pièce aux vitres brisées, l’hôtel des ancêtres a été emporté avec photos et coupes d’offrandes, laissant sur l’étagère le pot de céramique rempli de sable et piqué de bâtonnets d’encens à moitié consumés. Une valise gît sur le sol, ouverte mais vide, laissée par des occupants partis à la hâte.

Témoin de l’histoire du Vietnam de la fin du XXe siècle et du début du XXIe siècle, le President Hotel est un personnage à part entière. Pourtant, cette carcasse architecturale en décomposition vient d’être détruite pour faire place nette à des tours modernes, tournant une page de l’Histoire.

President Hotel
President Hotel/Copyright Laurent Weyl

A travers ce travail documentaire, on joue avec des strates de temps, on navigue sur les souvenirs, on frôle les murs délavés. Les scènes de vie des derniers habitants sont comme figées, et dans les couloirs, les ombres jouent à ranimer le passé.

Toutes les photos sont de Laurent Weyl, membre du collectif Argos. Laurent Weyl a reçu deux prix photographiques internationaux pour ce travail. Le sujet President Hotel a également été publié dans la presse: 6 Mois, Ouest-France, Altermondes et le supplément du Corriere de la Serra.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s